Publie par AKEZA.net 08 décembre 2020

Claude M. Ndeba

Claude M. NDEBA arrive au Canada en 2005. Comme il aime le piment fort, il goûte à différentes sortes de piments disponibles sur le marché mais aucune ne le satisfaisait. Il pense alors à créer sa sauce de piment fait maison avant d’en faire un produit commercialisable. C’est ainsi qu’en 2019, il décide de créer sa propre entreprise agroalimentaire, KOMERA Inc. (c’est-à-dire « sois fort et sois en bonne santé ») qui produit une sauce de piment fort et assaisonnée appelée « Komera Original ».

Découverte !

Mon équipe et moi produisons une sauce de piment fort et assaisonnée appelée « Komera Original ». Cette sauce de piment est en train de devenir populaire au Canada

Akeza.net : Qui est Claude M. NDEBA ? Quelle est son histoire ?

Claude M. NDEBA : Je m’appelle Claude M. NDEBA. Je suis un entrepreneur burundais vivant au Canada depuis 2005. J’ai une maîtrise en Sciences et Techniques Comptables et Financières de l’Université Catholique d’Afrique Centrale à Yaoundé au Cameroun. Depuis mon arrivée au Canada, j’ai déjà créé cinq entreprises.

En 2008, j’ai créé une entreprise d’importation du Thé et Café du Burundi. En 2010, j’ai créé un Hub d’entreprises et entrepreneurs africains du Manitoba. En 2018, j’ai créé un Hub de services bancaires. Ces trois entreprises ont fermé.

En 2012, j’ai créé IMPACT AFRO-CANADA Inc. (www.impactafro.com) qui regroupe des Afro-canadiens. Son but est d’encourager ses membres à épargner et à investir pour créer des entreprises et des emplois. Pour nos 8 ans de fonctionnement, je suis satisfait de l’évolution et des résultats.

En 2019, j’ai créé KOMERA Inc. (www.komera.ca) qui est une entreprise agroalimentaire. Mon équipe et moi produisons une sauce de piment fort et assaisonnée appelée « Komera Original ». Cette sauce de piment est en train de devenir populaire au Canada. Nous pensons déjà à développer d’autres variétés de cette sauce pour satisfaire la demande croissante. On nous propose aussi de produire d’autres sortes de produits alimentaires et nous y travaillons à fond.

Akeza.net : D’où est venue l’idée de créer votre entreprise KOMERA Inc. ?

Claude M. Ndeba

Claude M. NDEBA : L’idée de créer KOMERA Inc. vient réellement de mon entourage. D’habitude j’aime le piment fort. Lorsque je suis arrivé au Canada, j’ai essayé différentes sortes de piments disponibles sur le marché, cependant aucune ne me satisfaisait. Là, je devais soit me contenter des piments disponibles sur le marché ou bien créer ma propre sauce. J’ai choisi alors de créer ma sauce de piment fait maison. Cela a duré quelques années avant d’en faire un produit commercialisable et créer une entreprise.

La famille et les amis autour de moi ont vite aimé cette recette. Lorsque je préparais ma sauce, je leur distribuais gratuitement des portions selon la demande. A un certain moment, je ne pouvais plus satisfaire tout le monde car non seulement la demande devenait de plus en plus grande mais aussi le piment frais coûtait cher sur le marché. Pour qu’il puisse continuer à en avoir à tout moment, mon entourage m’a demandé de le produire et de le lui vendre. C’est ainsi que j’ai commencé l’entreprise KOMERA Inc.

Akeza.net : Pourquoi cette appellation?

Ça fait plaisir de voir une personne qui vient du Nigéria, de la Corée, du Vietnam, des Caraïbes etc. demander facilement Komera Original dans un magasin.

Kimera Inc.

Claude M. NDEBA : Le choix du nom du « KOMERA » a été très facile. C’est un mot de salutation que j’utilise depuis que je suis petit. Vu sa signification et ma vision, je n’ai eu aucune hésitation de le choisir comme nom d’entreprise. Également, vu que ça signifie «sois fort et sois en bonne santé », ça correspond bien au but de mon entreprise agroalimentaire. Le fait que c’est une salutation, ce mot « KOMERA » me permet aussi de faire facilement la promotion dans la communauté burundaise.

Pour les non burundais, je cherchais un mot de 2 à 3 syllabes faciles à prononcer notamment les caucasiens, les latinos, les chinois, les indiens de l’Est, les africains et d’autres qui n’ont pas eu du mal à prononcer ce nom. Maintenant ils identifient bien ce produit parmi tant d’autres dans les rayons des magasins. Le résultat est là et ça marche. Ça fait plaisir de voir une personne qui vient du Nigéria, de la Corée, du Vietnam, des Caraïbes etc. demander facilement Komera Original dans un magasin.

Akeza.net : Est-ce facile de trouver des clients ?

Claude M. NDEBA : Au Canada, il y a un gros marché du piment. Il existe plusieurs sortes de piments et plusieurs marques. En observant dans les rayons des magasins, on voit un indicateur clair des besoins du marché pour ce fruit. Néanmoins, malgré cette offre, tout le monde n’y trouve pas son compte. Mes clients sont ceux qui ne sont pas bien servis par l’offre actuelle. Komera Original se situe dans la catégorie des piments forts. Il a la caractéristique d’être une sauce assaisonnée qui goûte bon et qui goûte vraiment le piment. C’est cela mon offre.

Akeza.net : Quelle est votre production journalière ?

Komera Original

Claude M. NDEBA : KOMERA Inc. a actuellement une capacité de production de 1000 bouteilles de piment par jour. Nous suivons de près l’évolution de la demande pour être prêt à augmenter la cadence de production.

Akeza.net : Entant qu’entrepreneur et selon votre expérience personnelle, est-ce facile d’entreprendre ?

Claude M. NDEBA : Selon mon expérience personnelle dans l’entreprenariat, j’ai découvert qu’il existe deux catégories de gens : ceux qui créent de la valeur et ceux qui consomment de la valeur. Pour entreprendre, il est plus ou moins facile pour les premiers et plus difficile pour les seconds. Au-delà de cette distinction, il faut être responsable et se former à tout moment.

Akeza.net : Selon vous, comment procéder pour bien entreprendre ?

Claude M. NDEBA : Selon moi, pour bien entreprendre, il faut identifier d’abord trois choses: le problème à résoudre, les personnes concernées et la solution à proposer. Un entrepreneur est un solutionnaire.

Ensuite, il faut avoir de l’argent ou du capital. L’argent est important. Cependant ce n’est pas une condition sine qua none pour commencer. Le capital est juste un investissement. On investit dans une affaire et l’affaire, c’est la résolution du problème que rencontre la population.

Une fois ces éléments réunis, on peut alors créer son entreprise. L’entrepreneur doit s’adapter à tout moment au marché. Ceci pour deux raisons : d’abord parce que les besoins de la population évoluent et changent et ensuite parce que les entreprises se font concurrence.

Akeza.net : Quelles sont les qualités d’un bon entrepreneur ?

Claude M. NDEBA : «Un entrepreneur est toute personne qui apporte de la valeur, du contenu ou de la solution aux autres et à l’environnement ». De cette définition, on peut ressortir quelques qualités d’un bon entrepreneur notamment oser entreprendre, apporter de la valeur ou des solutions aux autres, avoir de la passion pour ce que l’on fait, être observateur et être à l’écoute des autres, être responsable, fiable et flexible.

Akeza.net : Quel serait votre message aux jeunes chômeurs burundais qui aimeraient démarrer une activité génératrice de revenue ?

Commencez à apporter des solutions autour de vous : à la maison, au quartier, dans votre ville etc. Plus tard vous pourrez apporter des solutions à la planète toute entière. Pourquoi pas ? Oui, c’est possible

Claude M. NDEBA : Notre monde est un monde de possibilités illimitées. Le rôle des défis et des obstacles n’est pas de vous bloquer ou vous freiner mais de vous permettre de prouver combien vous le méritez. Chaque problème autour de vous est une opportunité d’affaires à saisir. Ne tournez pas le dos à ces nombreux appels qui n’attendent que vous pour créer des entreprises et devenir riches.

Commencez à apporter des solutions autour de vous : à la maison, au quartier, dans votre ville etc. Plus tard vous pourrez apporter des solutions à la planète toute entière. Pourquoi pas ? Oui, c’est possible.  Personne ne pourra vous sauver du chômage à part vous-mêmes. L’environnement ne vous apporte de l’aide que si vous le méritez. Prouvez alors combien vous le méritez et devenez riches.

Akeza.net : Qu’est-ce qui vous fait plaisir dans la vie ?

Claude M. NDEBA : La chose qui me fait vraiment plaisir c’est d’« être avec les gens ». J’aime aussi « apporter des solutions aux autres ».  C’est pour cela que j’aime entreprendre.

Akeza.net : Quel était votre rêve d’enfance ? Rêviez-vous de devenir entrepreneur ?

Claude M. NDEBA : Mon rêve d’enfance était de devenir « Pilote d’avion de ligne ». Dès l’école primaire, je me suis intéressé aux mathématiques, aux sciences en général et à la géographie. Finalement, je me suis retrouvé en train de faire des études de gestion des entreprises et me voici maintenant entrepreneur.

Je ne regrette pas la tournure des choses. Puisqu’au lieu de transporter les gens par avion, maintenant je les transporte par l’entreprenariat. Je trouve que je leur apporte quelque chose de plus dans leur vie et cela me plait.

Akeza.net : A quand remonte votre dernière visite au Burundi ?

Claude M. NDEBA : J’étais au Burundi à l’été 2019 avec ma femme et mes enfants. J’ai retrouvé la chaleur humaine et l’ambiance sociale qui caractérisent les burundais.

Dès notre arrivée à l’aéroport « Melchior NDADAYE » mes enfants, qui n’avaient jamais mis les pieds au Burundi m’ont demandé si l’on pouvait rester plus longtemps. J’ai compris qu’ils se sont vite connectés avec leur pays. J’ai été très ému et j’ai eu un sentiment que mon voyage était une mission accomplie dès notre premier jour. Ils ont vraiment aimé le pays.

Propos recueillis par Melchisédeck BOSHIRWA